Alan9.fr

Communication opérationnelle et production tous supports

17 octobre 2017
de DELANNOY Thierry
0 Commentaires

9 PACKAGING CRÉATIFS : Les ampoules !

Le packaging est depuis toujours, le meilleur moyen de valoriser un produit.  Avec l’essor de la grande distribution et de ses linéaires sans fin, plus que jamais, le produit a du être magnifié, pour ressortir au milieu de ses concurrents  et ceci, quelque soit l’univers !

Pour un produit aussi basique et utilitaire que les ampoules, l’exercice réalisé par des étudiants en design ou des cabinets spécialisés démontre la créativité de notre profession.

.     

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

10 octobre 2017
de DELANNOY Thierry
0 Commentaires

The wonderfull everyday is coming !

La campagne d’ouverture pour le magasin Ikea de Sheffield qui a ouvert ses portes le mois dernier, montre les maisons qui se préparent à l’arrivée de ce « quotidien meilleur » !  Chaussures, vêtements, livres et bibelots, flottent comme suspendus dans les airs , dans l’attente des solutions que le géant suédois va enfin leur permettre de mettre en place !  Une jolie campagne print, toute en simplicité, qui démontre en quelques images, l’interêt des meubles Ikéa.

Une jolie campagne print, toute en simplicité, qui démontre en quelques images, l’intérêt des meubles Ikea.

Et pour célébrer l’implantation de ce nouveau magasin, dans la ville de l’acier qu’est Sheffield, l’agence  Mother a collaboré avec l’artiste local Jason Heppenstall, pour donner vie au faucon, symbole de la ville.
Allen Pellegrine, un faucon de 7 M, réalisé à partir de plus de 17000 clés allen Ikea, trône majestueusement dans le square Sheaf, juste à l’extérieur de la gare principale de Sheffield.  Une belle manière de saluer la collaboration entre Ikea et la ville !

 

Annonceur : Ikea

Agence : Mother, London, UK

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

4 octobre 2017
de DELANNOY Thierry
0 Commentaires

Toute ressemblance … est parfaitement assumée !

Un joli hommage d’Ikea à la société techno la plus célèbre de la Silicon Valley, en parfaite synchronisation avec la sortie de l’Iphone 8, compatible avec le chargement sans fil.

Pour Ikea, il est temps qu les propriétaires d’Iphone puissent utiliser le RIGGAD multifonction – la lampe préférée des téléphones !

 

source : http://www.acne.se/case/this-charges-everythin

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

3 octobre 2017
de DELANNOY Thierry
0 Commentaires

Et vous, connaissez-vous vraiment les marques ?

Les logos de sociétés mondiales comme Apple, Starbucks et Adidas sont conçus pour créer des associations de marques instantanées dans l’esprit de milliards de personnes qui les voient tous les jours.
Mais avec quelle précision pouvons-nous nous rappeler les caractéristiques et les couleurs de ces célèbres symboles ?

Pour savoir, Signs.com a demander à plus de 150 Américains d’aller chercher le plus précisément possible, dans leur mémoire 10 logos célèbres .

Sur la base de plus de 1 500 dessins créés sur une période de 80 heures, les résultats révèlent que, loin d’être marqués au fer blanc dans notre mémoire collective, il ne reste dans notre  qu’une vision floue de ces ces logos pourtant omniprésents.
Une personne sur 3 pense que la pomme d’Apple a une tige (elle n’en a pas), et près de la moitié des gens croient que la sirène Starbucks ne porte pas de couronne (elle en a bien une) et ce n’est qu’une vision partielle de l’enquête !

Regardons d’un peu plus prés ces marques que nous connaissons bien et que nous pourrions difficilement reproduire fidèlement.

Apple

Il y a des appareils Apple dans les poches, sur les poignets ou sur les bureaux d’environ 600 millions de personnes à travers le monde. Avec autant d’opportunités de le voir chaque jour, se souvenir du  logo élégant et simple d’Apple devrait être incontournable, non? Après tout (et à la différence de Starbucks ), l’indice de son design est dans le nom!

En fait, seulement 20 pour cent des personnes ont pu dessiner le logo Apple presque parfaitement. (Pour être qualifié de presque parfait, toutes les caractéristiques principales (par exemple, la morsure, la feuille flottante,  la forme et les proportions globales) doivent être combinées avec précision.)

 

L’erreur la plus courante, faite par près de 1 personne sur 3, comprenait une tige, alors qu’en réalité il n’y en a pas. Il y a cependant une feuille, et bien que 15 p. 100 l’aient tourné vers la mauvaise direction, les trois quarts des personnes s’en sont souvenue  d’une manière ou d’une autre.

 

Le logo d’Apple, tel que nous le connaissons aujourd’hui, a été conçu par l’agence de publicité Regis McKenna en 1977.  La morsure, qui est la caractéristique la plus emblématique du logo, a été incluse pour donner une échelle, de sorte que la pomme ne serait pas confondue avec une cerise.

Quatre-vingt-quatre pour cent des personnes se sont souvenues de la morsure, mais plus de 1 sur 5 l’a positionnée sur le côté gauche au lieu du droit.

Environ 3% des personnes
ont dessiné le logo sous forme d’arc-en-ciel, comme il existait entre 1977 et 1998. (Leur âge moyen étant de 42 ans, comparativement à 34 ans en moyenne chez tous les participants,  il est possible qu’ils se souviennent du logo tel qu’il était quand ils avaient 20 ans !
Six pour cent ont coloré le logo rouge (peut-être en pensant à une pomme rouge classique), alors que 72 pour cent l’ont correctement identifié comme noir ou gris.

Adidas

Adidas, la deuxième plus grande marque de vêtements de sport au monde, a acquis son logo à trois bande en 1952 de la marque de chaussures Karhu Sports pour deux bouteilles de whisky et l’équivalent de 2 000 $. Cinquante-cinq ans plus tard, les rayures emblématiques apparaissent sur les vêtements de centaines des athlètes professionnels et des centaines de millions de consommateurs.


Malgré son omniprésence, seulement 12 % des personnes dans l’ étude ont rendu des interprétations parfaites du logo Adidas à partir de leurs souvenirs.

Cela permet de rappeler qu’il a trois bandes (pas quatre ou plus, comme l’ont cru 11% des participants), que le mot «adidas» est entièrement écrit en minuscule (21% utilisaient une «A») et que le logo n’est pas, comme un participant l’a imaginé, une botte marron orientée vers la gauche.

Environ 1 personne sur 10 a dessiné le logo Adidas en forme de trèfle, comme il existait en  1971. Ses trois feuilles repésentent les masses terrestres des Amériques, d’Europe, d’Afrique et d’Asie, et les trois lignes qui les relient signifient la diversité. Le logo en forme de trèfle est toujours utilisé sur certains produits de la société, en particulier la ligne Adidas Originals.

 

 

Le logo Adidas est habituellement noir, mais 8% des personnes ont rajouté le bleu dans leurs dessins, qui, bien que n’étant pas la couleur du logo,est largement sur les emballages d’Adidas, en particulier sur leurs boîtes de chaussures qui sont bleues.

 

Starbucks

Depuis sa création en 1971, Starbucks a utilisé trois logos, chacun présentant une interprétation différente d’une sirène à deux têtes . Dans la première version du logo, la sirène était en topless, mais en 1987, le logo a été simplifié en couvrant ses seins avec des cheveux qui coulent et en passant la couleur principale du brun au vert.

Le logo actuel de Starbucks, présenté en 2011, est une version simplifiée de la sirène à deux têtes. Il ne comporte plus le texte « Starbucks Coffee » et est vert pur, par opposition au vert et au noir. Malgré cette simplification, seulement 6 pour cent des personnes ont dessiné un logo Starbucks presque parfait.

Il ne fait aucun doute que la sirène Starbucks est extrêmement mémorable (90 pour cent des gens s’en souvenaient), mais elle est assez complexe pour que très peu de personnes puissent reproduire les détails de sa forme.

 

Parmi les personnes qui ont dessiné la sirène Starbucks, 45 pour cent ont oublié qu’elle porte une couronne, 16 pour cent de ceux qui ont dessiné sa couronne se sont souvenu de l’étoile en son centre.
31% 
des personnes se sont souvenues du logo Starbucks d’avant 2011, qui avait encore son cercle central noir.

 

Dans l’ensemble, malgré le fait que Starbucks vende environ 18 millions de tasses de café chaque jour,  les détails plus précis de la sirène ont fait de son logo le moins mémorisé de toutes les marques étudiées.

 

Ikea

 

Le logo le mieux mémorisé par les 156 Américains interrogés,  appartient à une société suédoise: IKEA.

Trente pour cent des personnes qui ont cherché le logo IKEA dans leur  mémoire ont réussi à recréer la combinaison de texte, de formes et de couleurs presque parfaitement contre 20% par exemple pour Apple.
14% oublie le nom de la marque est en majuscule

 

 

Comme il est assez simple, l’un des éléments les plus importants du logo IKEA, sont les lettres.

Quatre-vingt-huit pour cent des personnes se sont souvenues qu’elles étaient écrites en majuscules.

 

 

Que vous vous souveniez du logo IKEA avec ou sans l’ovale jaune derrière les lettres bleues dépend de l’endroit ou vous voyez le plus souvent le logo : si vous pensez à une facade IKEA, qui est susceptible de présenter des lettres jaunes sur fond bleu, ou si vous vous remémorez le logo à partir de documents imprimés et de publicités télévisées, qui montre l’ovale.

Quarante et un pour cent des dessins comprenaient l’ovale derrière le nom de la marque.

Et vous, comment auriez vous reproduit ces logos ?

 

Retrouvez l’ensemble de l’étude et des marques concernées sur https://www.signs.com/branded-in-memory/

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

26 septembre 2017
de DELANNOY Thierry
0 Commentaires

L’oeil graphique de Maria Svarbova


Née en 1988, Maria Svarbova
vit actuellement en Slovaquie. Malgré l’étude de la restauration et de l’archéologie, son milieu artistique préféré est la photographie.

Depuis 2010, l’instinct photographique, basé sur l’immédiateté, de Maria Svarbova suscite la reconnaissance internationale et crée de nouveaux standards dans l’expression photographique. Elle a reçu plusieurs récompenses prestigieuses, ses expositions solo et en groupe l’ont placé parmi l’avant-garde de ses contemporains, attirant des portraits dans Vogue, Forbes, The Guardian et des publications à travers le monde; son travail est souvent au centre des médias sociaux. La réputation de Maria lui a également valu une commission pour un contrat de taille de panneaux sur la gigantesque tour Taipei 101, à Taiwan.

Le style distinctif de Maria s’écarte du portrait traditionnel et se concentre sur l’expérimentation de l’espace, de la couleur et de l’atmosphère.
S’intéressant à l’architecture et aux espaces publics de l’ère socialiste, Maria transforme chaque scène par une fraîcheur moderne qui met en évidence la profondeur et la gamme de sa palette créative.
Le corps humain tout au long de son œuvre est plus ou moins une réflexion périphérique, souvent représentée comme distante et anormale plutôt que substantielle.

Les personnages soigneusement composés créent des scènes thématiques et de rêve avec des objets ordinaires.
Ses images tiennent une tension silencieuse qui suggère des possibilités émergentes sous le rythme de surfaces propres et lisses.
Il y a souvent un sentiment de détachement dans le travail de Maria.

Les actions du quotidien telles que l’exercice physique , les rendez-vous médicaux et les tâches domestiques sont réalisées avec une pureté visuelle apaisante et symétrique.
L’effet global évoque un silence contemplatif dans un moment prolongé d’introspection et de conscience – une qualité difficile à atteindre dans le rythme rapide de la vie moderne.
La vision postmoderne de Maria articule audacieusement un dialogue qui oblige le spectateur à répondre au mystère, à la solitude et à l’isolement de l’expérience humaine. Néanmoins, profondément intégrés dans les pastels aqueux, des compositions de Maria se dégage une élégance affirmée qui transforme le regard du spectateur en un respect durable pour la beauté simple de la vie.           
Dans la piscine, sa plus grande série, débutée en  2014 et qu’elle continue de développer à ce jour, Maria obsédée par la chasse de l’ emplacement intéressant, s’est fascinée pour l’espace des piscines publiques , qui ont contribué à développer son style visuel. La beauté stérile et géométrique des vieilles piscines donne le ton à ces photographies. Chacune d’entr’elles dévoile un bassin différent, généralement construit à l’ère socialiste, dans divers endroits en Slovaquie. Il existe une qualité presque cinématographique aux paysages très contrôlés que Maria capture. Les mouvements sont à mi-course, mais il n’y a pas d’expressions joyeuses, tout est gelé dans la composition, les nageurs sont aussi lisses et froids que le carrelage des piscines.

Les couleurs vibrent doucement dans une atmosphère de rêve. Malgré le réglage rétro, les images évoquent en quelque sorte un sentiment futuriste, comme si elles étaient prises quelque part complètement ailleurs. Il n’y a pas d’émotion troublante, il n’y a pas d’individualité dans leur calme. Le détachement artificiel, créé par la vision de Maria, permet un plaisir visuel unique, inaccessible dans la vie réelle.

 

Retrouvez plus de photos  sur : http://www.mariasvarbova.com/swimmingpool-gnkl

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

19 septembre 2017
de DELANNOY Thierry
0 Commentaires

Le monde miniature de Slinkachu

Artiste et photographe, Slinkachu, né en 1979 à Devon est un « street artist » hors norme.

Laissant derrière lui son job de directeur de création dans une agence de publicité, il se consacre depuis 2006 à un univers miniature the  » little people project », implanté au sein des villes : du street art à regarder à la loupe !
Entre sculpture, street art et installation artistique, il crée dans des espaces urbains, des décors ou ils mélangent des miniatures de modélisme ferroviaire, qu’il peint et habille, aux objets environnants.
Une fois satisfait de son installation, il la photographie, avant de la laisser sur place.
L’artiste, par son travail, veut encourager les citadins à être conscients de leur environnement et il aime l’idée, que, presque personne ne voit son travail, parce qu’en fait, intentionnellement ou pas, chacun ignore ce qui l’entoure dans la ville!
Vous êtes peut-être passés à coté d’une de ses œuvres abandonnées à travers le monde, à Paris, Shanghai, New York, Moscou ou Berlin !Heureusement, le message passe plus clairement à travers ses photographies, qu’il expose depuis, dans les plus grandes galeries.

Retrouvez plus de photos et son actualité sur :  https://slinkachu.com/

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

13 septembre 2017
de DELANNOY Thierry
0 Commentaires

Et si le papier avait encore de beaux jours devant lui… même dans les films publicitaires !

Pas un jour sans qu’un article ne nous annonce la mort du papier !

PapierA en croire certains, le papier n’existera plus dans quelques années

et si certains signes l’annoncent (les journaux disparaissent au profit des sites internet, les distributeurs s’engagent à supprimer les prospectus, les factures sont dématérialisées, l’e-book devrait enterrer le livre,…)
le papier semble toutefois résister et même se réinventer au travers du digital, (le livre devient connecté, les publicités dans les magazines permettent de « liker » les produits, les journaux gratuits se multiplient et certains distributeurs revendiquent l’utilité des prospectus (pour preuve les 2kg que nous recevons dans nos boites aux lettres chaque mois).

Mais le plus surprenant, c’est la place que prend le papier dans les films publicitaires.

Voici quelques exemples :
le papier utilisé  comme sujet, souvent avec humour :

Capture d’écran 2014-11-07 à 17.39.23

Capture d’écran 2014-11-07 à 17.41.55

Capture d’écran 2014-11-07 à 17.47.18

Capture d’écran 2014-11-07 à 17.46.01

Capture d’écran 2014-11-07 à 17.44.23

Ou le papier utilisé comme « matériau » :

Capture d’écran 2014-11-07 à 17.43.29

Capture d’écran 2014-11-07 à 17.40.56

Capture d’écran 2014-11-07 à 17.42.51

 

Enregistrer

Enregistrer

3 juin 2017
de DELANNOY Thierry
0 Commentaires

Des difficultés pour communiquer avec les agences ???

Comme on vous comprend !

Souvent le langage utilisé par les agences de communication est incompréhensible, un comble pour des spécialistes de la « communication ».

Nous, nous nous efforçons de parler le langage clients, celui que le consommateur comprend, celui qu’il attend !

Notre connaissance produits et écoute clients, nous permettent de simplifier les informations techniques, pour les rendre les plus utiles au consommateur!

Bien se comprendre c’est aussi bien se faire entendre ! Et si nous en parlions?