Alan9.fr

Communication opérationnelle et production tous supports

17 septembre 2019
de DELANNOY Thierry
0 Commentaires

Le monde enchanté de Kristina Makeeva !

Alliant un talent pour Photoshop à une imagination débordante, la photographe et « magicienne moscovite » Kristina Makeeva crée des représentations oniriques dignes d’un conte de fées.

Lorsqu’elle ne capte pas la magie de Moscou à Noël ou qu’elle ne met pas en scène les décors de son environnement, Makeeva utilise ses talents de monteur numérique pour produire des photographies enchanteresses et surréalistes.

Des paysages spectaculaires aux portraits étonnants, chaque image traitée par Makeeva met en valeur la puissance unique de Photoshop.

Alors que certaines photos sont à peine touchées, d’autres comportent des détails oniriques comme des bulles flottantes, des fleurs qui tombent et des oiseaux qui volent.

Qu’ils soient intentionnellement subtils ou destinés à se démarquer, ces montages accrocheurs transforment des scènes de la vie réelle en des pays des merveilles imaginaires.

Comme Makeeva est une voyageuse passionnée, beaucoup de ses photos étonnantes se déroulent dans des endroits à travers le monde, des plages des Philippines aux toits de Paris

Plus d’info sur son travail : https://mymodernmet.com/photoshop-edits-kristina-makeeva/

10 septembre 2019
de DELANNOY Thierry
0 Commentaires

COSTA : L’ART DE RECYCLER!

Si au hasard d’une balade en Périgord, au détour d’un chemin sinueux, vous tombez nez à nez avec un grand hangar noir, sorti de nulle part, devant lequel trône une sculpture monumentale bleue, ne passez pas votre chemin !

Derrière les hautes vitres de l’entrée, vous découvrirez un atelier habité par un artiste qui fait la fierté de la région : COSTA.
Fernando Costa, fils d’immigrés portugais, est né tout prés d’ici, à Sarlat en décembre 1970. Sixième enfant d’une fratrie de 7, il a été élevé dans la valeur travail par une mère femme de ménage et un père maçon et tailleur de pierre qui réalisait des sculptures en dilettante.

De hôtellerie à l’art !

Si son goût pour l’art s’est révélè très tôt, il n’était pas du goût de son père, qui souhaitait que ses enfants aient un vrai métier ! C’est donc tout naturellement que Fernando suit la trace de ses frères restaurateurs, se forme à l’école hôtelière de Périgueux, devient steward à bord du célèbre Queen Elisabeth 2 de 1991 à 1993 puis rejoint Trust Forte House, première chaine mondiale de palaces jusqu’en 1997, où il décide de tout plaquer !

Jamais pendant ce temps, l’admirateur de César, dont les compressions sont restées sources d’inspiration, n’a abandonné l’envie de créer ses propres sculptures !
Sans se poser de questions sur ses aptitudes ni son avenir, il a foncé alors qu’il ne savait même pas souder. C’est la rencontre avec René Peyrodes, qui l’a accueilli dans son atelier de Ferronnerie à Souillac, qui lui a permis de réaliser son rêve de sculpture !
6 mois plus tard, il commençait ses premières œuvres, dans un atelier prêté par son formateur !

Des panneaux de signalisation comme matière première!

C’est en observant un couple installant, en guise de table, un panneau « SPEED LIMIT » sur une aire de pique-nique à Los Angeles, que l’idée d’utiliser des panneaux de signalisation comme matière première lui est venue !
« Une bonne manière de rendre aux citoyens, les panneaux financés par leurs impôts et jetés au rebut ! » précise Fernando, quand il nous explique sa démarche !
Si l’idée était intéressante, elle n’en a pas été moins difficile à mettre en œuvre, puisqu’il lui a fallu 6 longues années, pour obtenir l’autorisation du ministère de l’équipement pour pouvoir récupérer ces panneaux auprès de la DDE .

De rencontres en rencontres !

C’est en exposant en 2004 dans une maison de retraite, où l’une de ses amies fait des animations, qu’il va enfin être reconnu !
Une vieille dame, séduite par ses sculptures, le met en contact avec son petit fils qui organise un concours international d’art. En gagnant ce concours Costa se fait remarquer, démarre sa première expo parisienne, où il vend en quelques jours les 26 œuvres présentées.
Le début d’un succès qui ne fera que croître.

Sculpteur d’histoires !

Si vous entrez dans son atelier, vous ne verrez pas le temps passer ! Car Fernando est aussi bavard, qu’il n’est talentueux !
Passée la visite de la réserve, où s’entassent panneaux en devenir et œuvres en partance, de l’atelier où trône une table immense où COSTA découpe, assemble et soude chaque petit morceau de métal qui compose les tableaux et de la galerie où la production de l’artiste laisse le visiteur sans voix.

Fernando vous installe dans de profonds canapés rouges et vous raconte toutes les histoires qui composent ses panneaux : l’attentat du petit Clamart, Simone Veil, Abbey road,..

C’est là que vous comprenez, que le hasard n’a pas sa place dans les œuvres de COSTA, pour preuve, la dernière série consacrée à la guerre 14/18 , dont la composition principale mesure 235 cm de large, ce qui correspond au nombre de soldats sarladais morts au combat.

Et pour ceux qui s’offusqueraient du « gâchis » d’objet historiques, regardez la vidéo de l’expo consacrée à « ceux de 14-18 », vous comprendrez la profondeur du respect de l’artiste pour ceux qui ont donné leur vie.
 » J’ai fait posé les tableaux 10 cm plus haut que d’habitude, pour que les visiteurs se tiennent droit face à eux », nous a-t-il confié.

Un artiste attachant !

Autodidacte, cet homme hors norme mérite le succès qu’il connait aujourd’hui ! Outre l’exposition de ses œuvres à travers le monde, qui en fait un artiste réputé et recherché, il a été en 2013 choisi pour créer « l’Art Car  » des 24H du Mans aprés Calder, Warhol, César, Arman et Jeff Koons

Mais le succès n’a pas changé cet homme, issu d’un milieu modeste, dont la simplicité et la gentillesse nous ont ensoleillé un après-midi du mois d’août !

Avant de croiser COSTA, lors de l’une ou l’autre de ses expos, venez nous rendre visite, un de ses « Bibendums » trône désormais dans nos bureaux !

Retrouvez toute son histoire et plus d’oeuvres sur :
http://www.atelier-costa.com/

6 août 2019
de DELANNOY Thierry
0 Commentaires

La Photo minimaliste et créative de Roynaldi Saputra

Roynaldi Saputra, est un photographe autodidacte talentueux basé en Indonésie.

Roynaldi s’est spécialisé dans la photographie minimale, ou l’objet est isolé dans un décor surdimensionné et généralement coloré.

Il explore l’Indonésie pour capturer de magnifiques paysages urbains minimalistes.

Retrouvez tout son travail sur Instagram

9 juillet 2019
de DELANNOY Thierry
0 Commentaires

K-narf immortalise les travailleurs japonais !

Dans la culture japonaise, les gens partagent un profond respect pour tous les métiers et les travailleurs qui les occupent. A tel point qu’ils ont même un terme unique pour décrire un travailleur acharné – « Hatarakimono ».

A Gardener
Pastry Shop Staff

L’artiste français d’origine tokyoïte Frank Le Petit, surnommé K-Narf (Frank à l’envers), rend hommage à ceux qui ont fait de ce pays asiatique l’un des plus grands au monde. Il tente de préserver les idéaux de l’éthique du travail à la japonaise en images avant qu’elle ne disparaisse dans le monde moderne.

Jinrikisha Man
An Udon Restaurant Owner Chef

Hatarakimono Project est un documentaire extraordinaire avec des portraits d’ouvriers en uniforme dans les rues de Tokyo, allant des cuisiniers aux pompiers.

A Pickles Master
Tokyo Tower Attendant

Le projet Hatarakimono a débuté en 2016, et pendant 14 mois, l’artiste a capturé 102 travailleurs au quotidien sur leur chantier. Avec l’aide d’un studio photo itinérant sur mesure, K-Narf a pu organiser 34 séances photo directement dans la rue, juste à côté des postes de travail des mannequins. On a demandé aux représentants de divers métiers d’arrêter de travailler pendant quelques minutes et de poser sur un petit tabouret devant le fond en tissu.

A Tofu Wholesaler
A Fireman

K-Narf explique son projet .« J’ai commencé le projet Hatarakimono dans le cadre de mon travail continu pour transformer le « Super-ordinaire » de ma vie quotidienne en une « Extra-ordinaire archive visuelle » pour le futur. J’ai toujours voulu faire une série de portraits à grande échelle, alors j’ai décidé de créer un projet photographique sur les gens que je viens voir dans mon studio de Tokyo : les travailleurs japonais, » –

A Market Security Guard

Retrouvez plus d’exemple sur : https://www.boredpanda.com/hatarakimono-project-photography-102-japanese-workers-k-narf/?cexp_id=17163&cexp_var=11&_f=trending

11 juin 2019
de DELANNOY Thierry
0 Commentaires

KIKI FERNANDES capture le Petit Prince.

Kiki Fernandes est une photographe brésilienne talentueuse dont les portraits de jeunes femmes et de femmes enceintes sont étonnants par leur beauté et leur intensité.

Mais c’est un projet très différent décrit ci dessous : des photos poétiques de scènes du classique « Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry » , construit en LEGO.

Cela peut paraître un peu enfantin, ou même farfelu, mais son travail capte la mélancolie particulière du roman que les illustrations conventionnelles n’arrivent pas à retranscrire.

Découvrez-ci aprés quelques photos et retrouvez la suite de ses clichés sur Instagram

4 juin 2019
de DELANNOY Thierry
0 Commentaires

Pulco : la vérité citron !

A l’heure où le consommateur a repris le contrôle de sa vie et de son alimentation, pas facile pour une marque de se positionner sans être scrutée de prés : teneur en sucre, tracabilité,… Une seule réponse : la transparence !

Fort de ce constat, Pulco a confié à l’agence TBWA (qui accompagne avec brio McDo depuis plusieurs années) la nouvelle campagne pub. Nouvelle ambition, nouvelle plateforme de marque, nouveau territoire, TBWA a choisi de recentrer Pulco sur son principal ingrédient : le citron !

Des visuels simples, dont la vedette est le citron, mettent chacun en avant, un des ingrédients entrant dans la composition de la fameuse boisson : du citron, de l’eau de source et un peu de sucre

L’occasion de repositionner ainsi Pulco, comme la marque de boissons citron désaltérantes, qui fait du bien parce qu’elle n’a rien à cacher !

Vous avez peut-être croisé la campagne presse qui a débuté fin mars, il faudra, par contre attendre juillet pour la campagne d’affichage.

14 mai 2019
de DELANNOY Thierry
0 Commentaires

Les symétries de Zsolt Hlinka

Zsolt Hlinka est né en 1978 à Budapest. Après avoir terminé ses études, il s’est tourné vers l’industrie de l’imprimerie qui le séduisait depuis longtemps. En parallèle de son travail, il s’est rapidement passionné pour la photographie, domaine artistique qui lui a donné l’occasion de s’exprimer.

Vienne

Son obsession : la recherche de géométrie et de symétrie dans chaque composition, qu’il trouve le plus souvent dans les formes architecturales.
Il est plus particulièrement fasciné par l’ambiance urbaine et les lumières du soir, mais aussi intrigué par les paysages qui évoquent en lui des sentiments étranges. Lorsqu’il prend une photo, il exclut toute autre chose et et se concentre uniquement sur la photo à préparer. C’est un collectionneur de souvenirs.

Il a ainsi capturé de nombreux bâtiments, principalement à Vienne et Budapest, mais aussi dans d’autres grandes villes !

Vienne
Budapest
Budapest
Paris
Vienne

Pour retrouver la totalité de ses clichés : https://zsolthlinka.com


7 mai 2019
de DELANNOY Thierry
0 Commentaires

McDo, c’est f(l)ou !

Si l’on vous montre un hamburger, une portion de frites ou même une boite de happy meal, vous reconnaitrez au premier coup d’œil la marque !

C’est toute la force de Mcdonalds, qui a su, au fil d’une communication sans cesse répétée et déclinée dans des codes qui lui sont propres, imposer un style reconnu par chacun !

Déclinés en photos, dessins ou même enseignes lumineuses, ces « totems » de la marque sont autant de symboles, qui ne nécessitent ni signature, ni commentaires supplémentaires !

Cette fois, McDo est allé encore plus loin avec une campagne réalisée par TBWA, qui met en scène les produits dans des visuels flous

Dans un univers de vacarme visuel, cette approche particulière est une bonne manière d’attirer l’attention du spectateur sur les affiches, comme lorsqu’un orateur baisse le ton, pour vous obliger à tendre l’oreille !

Il y a peu de marques, dont la notoriété et le style affirmé de communication sont forts à ce point .
Parce que, avouez-le, vous les aviez bien reconnus ces produits fétiches?


23 avril 2019
de DELANNOY Thierry
0 Commentaires

Apple récompense ses « photographes » !

Longtemps la photographie a été élevée au rang d’art ! Certains photographes ont d’ailleurs laissé leur nom dans l’histoire moderne, parmi lesquels Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau, Robert Capa, Helmut Newton, Man Ray, et bien d’autres.
Mais depuis l’arrivée des smartphones, chaque individu est devenu « photographe », au grand dam des professionnels, qui ont vu ainsi débarquer une concurrence élargie !

Il faut dire, que le photographe amateur n’a pas l' »œil » qui caractérise le cliché artistique, ni le matériel très sophistiqué, qui permet une image de qualité , quoique…

L’iphone, avec l’évolution de sa technologie peut désormais rivaliser avec les meilleurs boitiers, à condition que le photographe, aussi amateur soit-il, sache capter le décor et la lumière qui feront le résultat !

En lançant son grand concours photo  » Shot on iPhone Challenge » a voulu démontrer que parmi ses utilisateurs, il y avait de véritables artistes !

Les 10 lauréats viennent des États-Unis, de Singapour, d’Israël, de Biélorussie et d’Allemagne, mettant en lumière la communauté internationale des photographes Iphone qui ont participé.
Les photos capturent des paysages urbains colorés, des animaux insolites, des reflets saisissants, mais aussi la beauté du quotidien.

ALEX JIANG (US) IG: @justphotons
Lire la suite →

26 février 2019
de DELANNOY Thierry
0 Commentaires

MONOPRIX réinvente les messages d’amour!

A chaque événement, les packagings Monoprix font mouche ! Leur conception originale et décalée , se décline avec humour et toujours autant de créativité !

Pour la dernière Saint Valentin, l’agence Rosapark a de nouveau joué avec les mots, pour transformer les produits en messages clairs à l’élu(e) de votre cœur !

Des jeux de mots toujours bien ciblés

« Ton regard m’a crevette les yeux », « Quand je t’ai vu, j’ai eu artichaut » « J’ai trés endive de toi » ,  » Embrasse-moi sur la bûche » et « Ce soir, Honey pas couché » : pas de doute, c’est un excellent menu !

Ce n’est pas la première fois, que le duo annonceur/agence, s’adresse aux amoureux !

Il n’y a plus qu’à ajouter le numéro de téléphone !

L’année dernière, avec leur campagne 06, l’heure était plutôt à la séduction : « Je ne peux pas te laisser filet », Ça te dit une datte avec moi ? » « Je sens qu’on a plein de choses en cumin »,… Glissé dans le panier de la cible, complété d’un 06, sûre que le message a du passer clairement !

Question à se poser : Est-ce les séduits de l’année dernière qui ont passé ensemble leur saint-Valentin cette année ? Seule une enquête client pourrait nous le révéler, de notre coté, on attend l’année prochaine pour voir à quelle sauce Monoprix va mijoter les amoureux !